Paroisse de Rambouillet
https://paroisserambouillet.fr/Meditons-en-musique-les-7-paroles-du-Christ-en-Croix
      Méditons en musique les 7 paroles du Christ en Croix

Méditons en musique les 7 paroles du Christ en Croix

Spiritualité

Haydn : Oratorio Les sept paroles du Christ en Croix. Concert donné sous la direction de l’abbé Sartorius le 21 mars 2010.


Introduction orchestrale

1. Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Père céleste, de ton trône éternel abaisse ton regard ! Père de l’Amour, ton Fils unique t’implore pour les pécheurs, pour tes enfants, exauce ton Fils ! Hélas, nous sommes tombés très bas, nous avons lourdement péché ; mais pour le salut de tous, de nous tous, le sang de ton Fils a coulé. Le sans de l’Agneau ne réclame pas la vengeance ; il efface les péchés. Père de l’amour, accorde-nous ta grâce, exauce ton Fils !

2. En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis. Tu es tout entier miséricorde, grâce et amour, Toi, l’Intercesseur, l’Agneau de Dieu. A peine le pécheur repenti a-t-il crié vers Toi : ‘souviens-Toi de moi quand Tu viendras dans ton règne !’, Tu lui promets alors avec plein de clémence : ‘aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis’.
Seigneur mon Dieu ! Abaisse vers nous ton regard ! Vois au pied de ta croix notre repentance et notre expiation sincères. Donne-nous aussi, à notre dernière heure, ce réconfort qui nous vient de ta bouche : ‘aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis’.

3. Femme, voici ton Fils ; Et toi, voici ta Mère ! Mère de Jésus, pleurant, soupirant, éplorée, debout près de la croix, tu ressentais sept fois plus fort les tourments de sa Passion. Tout juste capable de contenir ta tristesse, et inébranlable et calme cependant, tu prends pour fils le disciple fidèle et, avec lui, nous aussi pour tes enfants.
Mère de Jésus, refuge de tous les pécheurs, entends les supplications de tes enfants. O toi, refuge de tous les pécheurs, assiste-nous dans notre dernier combat, Mère pleine de tendresse, ô secours-nous tous !
Lorsque nous luttons avec la mort et que, de nos cœurs oppressés, montent vers toi nos soupirs, ne nous laisse pas succomber !
Aide-nous alors à vaincre l’ennemi. Et assiste-nous dans le dernier combat ! Lorsque nous luttons avec la mort, ô révèle-toi comme Mère et recommande-nous à ton Fils, ô Mère !

4. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Pourquoi m’as-tu abandonné ? Qui voit là le signe de la divinité ? Qui peut concevoir ce mystère ? O Dieu de la force et de la puissance, ô Dieu de la puissance et de l’énergie, nous sommes l’œuvre de tes mains, et ton amour, ô Seigneur, nous a sauvés. O Seigneur, nous te remercions de tout cœur. A cause de nous, tu as connu la souffrance, la dérision, l’abandon, la peur et le tourment. Seigneur, qui pour¬rait ne pas t’aimer, t’affliger encore par ses péchés ? Qui pourrait ne pas t’aimer ? Qui peut méconnaître ta clémence ? Non, rien ne doit nous séparer de Toi, ici et là-bas pour l’éternité.

Intermezzo

5. Jésus crie : J’ai soif ! Refoulez maintenant la vengeance, apaisez votre colère ! Hommes, laissez la pitié vous attendrir, appelez la miséricorde dans notre cœur !
Jésus crie : J’ai soif ! On lui tend du vin auquel est mêlé du fiel. C’est ainsi qu’on le désaltère. Est-il plus grande cruauté ? Il ne peut plus maintenant contenir la douleur qui était bienfait. Ah, alors qu’il a soif au moment de mourir, on lui tend du fiel !

6. Tout est accompli. Tout est accompli ! Cloué à la croix du sacrifice, Jésus est abandonné dans la nuit ; il crie alors d’une voix forte : ‘Tout est accompli’. Tout le mal que ce bois-ci a pu nous faire est réparé par lui.
Malheur à vous, méchants, malheur à vous, aveugles, malheur à vous tous qui commettez sans cesse péché sur péché ! Hommes, réfléchissez ! Trouverez-vous de la miséricorde lorsqu’il viendra dans sa magnificence et sa puissance ? Préserve-nous, Intercesseur, de la déchéance ! Entends, Homme-Dieu, nos cris ! Ne permets pas que tes souffrances et ta mort pour nous aient été vaines. Laisse-nous un jour accéder au Ciel et nous réjouir avec Toi dans l’éternité.

7. Père, en tes mains, je remets mon esprit. Entre tes mains, ô Seigneur, je remets mon esprit. A présent ses souffrances n’augmentent plus, à présent, il triomphe d’une voix forte et dit : ‘Prends, ô Père, mon âme. A Toi je remets mon esprit’. Puis il incline la tête et il expire.
De la damnation éternelle son sang nous a sauvés ; par amour pour nous, les hommes, par amour, il connu la mort des pécheurs. Tu nous as donné une nouvelle vie ; que pouvons-nous te donner ? Nous sommes à tes pieds, ô Jésus, emplis d’une émotion profonde ; accepte notre cœur en offrande ! En tes mains, ô Seigneur, je remets mon esprit.

Il terremoto (Le tremblement de terre). Il n’est plus. Des profondeurs de la terre retentit : il n’est plus. Tremble, Golgotha, tremble ! Sur ta hauteur, il mourut. O soleil, envole-toi et n’éclaire pas ce jour. Ouvre-toi, terre, sous les pieds de ses assassins. Et vous, tombeaux, ouvrez-vous. Vous, nos pères, apparaissez à la lumière ! Le sol qui vous recouvre est tout entier taché de sang.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican


octobre 2020 :

Rien pour ce mois

septembre 2020 | novembre 2020

newsletter

Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour